Sport

7 raisons pour lesquelles les enfants devraient pratiquer les arts martiaux

“Les arts martiaux sont la connaissance de soi. Un coup de poing ou un coup de pied n’a pas pour but d’assommer la personne en face de soi, mais de remettre à sa place son propre égo, ses peurs et ses complexes.”

– Bruce Lee

J’ai récemment accompagné un ami au dojo pour voir comment son fils, Ethan, se débrouillait. Il était fier de nous montrer comment il exécutait différentes formes et exercices de Poekoelan, un art martial indonésien. Quelques temps plus tard, Ethan a intégré le cours des plus grands. Dans ce cours, ils pratiquent des formes et des techniques plus avancées et même un peu de sparring. Il en est très content.

Ethan a toujours été un enfant cool, et il a développé une bonne dose d’estime de soi et de respect grâce aux arts martiaux – deux qualités que inhérentes à ces pratiques. La plupart des enfants, qu’ils soient trop autoritaires, trop timides, ou hyperactifs, ont beaucoup de choses à apprendre et ces leçons leur seront utiles toute leur vie.

Voici sept raisons pour lesquelles un enfant devrait pratiquer les arts martiaux :

1/ Les enfants (et les parents) seront plus actifs

C’est la raison la plus évidente – bouger. Tout d’abord, c’est le meilleur moyen de lutter contre le problème d’obésité. Pour prévenir les problèmes liés au surpoids, il est important de commencer à faire du sport dès le plus jeune âge. Aux Etats-Unis, il y a malheureusement de plus en plus d’écoles qui ne proposent plus de programme d’éducation physique, il est donc primordial de trouver une activité aux enfants. Les arts martiaux ont de nombreux bénéfices, et permettent notamment d’obtenir une très bonne forme physique. Lorsque je pratiquais la boxe thaïe régulièrement, j’étais en excellente santé. C’est donc quelque chose que je recommande pour les enfants.  

2/ Ils apprennent à rester calme et concentrés

Le problème actuel dans nos sociétés est que nous sommes constamment connectés. Avec l’omniprésence d’Internet et des réseaux sociaux, il devient difficile de se retrouver au calme. Il arrive à un moment donné dans la vie où on prend conscience que notre plus grand adversaire – ou notre plus grand obstacle – est nous-même. Nos armes pour nous confronter à nous-mêmes sont le calme et la volonté. Comme Bruce Lee le dit si bien, un véritable artiste martial doit apprendre à voir ses faiblesses. Pendant mes années de cours d’arts martiaux, je me souviens de nombreux défis, découvertes et revers de médaille. Par contre je n’ai aucun souvenir de certaines distractions ou gadgets que l’on voit souvent en salle de sport. Lorsque j’étais au dojo, il n’y avait pas de musique ou d’écrans plats ; les entraînements se résumaient au travail et à la sueur.

Votre enfant apprendra comment cultiver le calme et se concentrer.

3/ Ils apprendront à encaisser des coups

Les arts martiaux permettent à votre enfant d’apprendre à encaisser les coups durs de la vie, comme par exemple la déception liée à un échec.

Dans la vie, il faut savoir que nous prenons tous des coups. L’essentiel est d’apprendre à accepter ce qui arrive et à se relever. C’est un enseignement qui tend à se perdre dans notre culture ou on évite aux enfants de connaître le moindre échec. Les arts martiaux nous enseignent à gérer l’échec, car on échoue souvent et beaucoup. La moitié du temps consiste à donner des coups, l’autre à en recevoir.

Lorsque j’enseigne la boxe aux enfants, ils sont toujours impatients à l’idée de chausser les gants et de commencer à frapper. En revanche, il est rare qu’ils soient contents de recevoir des tapes sur la tête pour se souvenir de conserver une bonne garde.

La première fois que j’ai pris un coup en faisait du sparring, je me suis précipité vers un miroir pour voir s’il y avait une marque sur mon visage. Les autres élèves ont ri pendant des mois. Même si je n’avais pas trouvé ça drôle à l’époque, j’ai appris à accepter de prendre des coups et ça m’a permis de me détendre et de mieux me protéger. Ça m’a permis de mieux répondre, manœuvrer et anticiper. Ironiquement, apprendre à encaisser un coup est sans doute la meilleure façon pour en éviter.

4/ Ils gagneront en confiance en soi et en respect de soi

Comme je le disais au sujet d’Ethan, j’ai remarqué combien il avait gagné en confiance en soi grâce à la pratique des arts martiaux. Il a vite progressé et était capable de s’entraîner avec les plus grands.

Évidemment, s’entraîner avec les grands nous rappelle qu’il faut rester humble – il y a toujours quelqu’un plus grand et plus fort que soi. Je me souviens que Sifu avait gentiment menacé deux jeunes garçons en leur disant que si jamais ils utilisaient leur Kung fu d’une mauvaise façon, ou pour frimer, il aurait leur peau.    

Les bonnes écoles d’arts martiaux enseignent ce sens du respect et de la confiance, deux qualités que l’on développe grâce à la connaissance de soi.

5/ Ils vont connecter le corps et l’esprit

Ce qu’on ne dit pas dans une salle de gym, c’est comment vraiment écouter son corps. Écouter son corps signifie prendre conscience de ses pensées et de ses émotions.

Un pratiquant d’arts martiaux apprend à voir, sentir, et écouter – à la fois à l’intérieur et à l’extérieur. L’intuition, la peur le courage sont des exemples d’émotions qui associent le physique et le mental. Combien de fois avez-vous entendu l’expression « être paralysé par la peur » ? Combattre cette peur, ça s’apprend.

6/ Ils apprendront à résoudre des conflits

Les gens me demandent souvent si j’ai déjà eu l’occasion d’utiliser mes connaissances en arts martiaux et en boxe. Effectivement, j’y ai déjà eu recours pour résoudre des conflits, mais je n’ai jamais eu besoin de répondre physiquement.  

Une des premières leçons enseignées par Sifu en Kung fu est que les mots ne sont jamais la raison d’un combat. Ce conseil m’a sauvé à plusieurs reprises. Il n’existe pas de mots « bagarreurs ». Les arts martiaux ont avant tout pour but d’apprendre à réagir sans entrer dans le conflit.

7/ Ils apprendront à respirer

Une des nombreuses choses que j’ai apprises est la place primordiale de la respiration. Sifu me disait qu’il pouvait deviner la façon dont une personne combattait simplement en l’observant respirer.  

Rien n’est plus important que la façon dont nous bougeons notre corps, dont nous puisons la force de vie de notre essence – notre respiration. Demandez à un athlète professionnel, ou à un acteur, un danseur, un chanteur, et ils vous répondront que pour réussir dans un art, il faut savoir gérer sa respiration.

Je suis parfois surpris lorsque je travaille avec des adultes qui n’ont jamais appris à respirer proprement lorsqu’ils sont soumis à un effort physique. Ça peut littéralement vous sauver la vie. Dans les arts martiaux, l’enfant va apprendre à respirer et à se détendre lorsqu’il est sous pression.

En conclusion, tous les enfants peuvent tirer profit des arts martiaux. Le choix de l’art martial n’a pas d’importance. Pour un enfant de six ou huit ans, il est primordial pour lui de se dépenser et de découvrir une activité où il apprend à se concentrer. La clé pour trouver un professeur ou un club, est de faire preuve de diligence lorsqu’il s’agit d’évaluer l’intégrité d’un programme.

En conclusion, tous les enfants peuvent tirer profit des arts martiaux. Le choix de l’art martial n’a pas d’importance. Pour un enfant de six ou huit ans, il est primordial pour lui de se dépenser et de découvrir une activité où il apprend à se concentrer. La clé pour trouver un professeur ou un club, est de faire preuve de diligence lorsqu’il s’agit d’évaluer l’intégrité d’un programme.

Article traduit de l’anglais 7 Reasons Why Your Child Should Practice Martial Arts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *